Le 3e colloque national des aires marines protégées : des objectifs concrets placés sous le signe de la cohérence et de la gestion efficace des AMP

Le 3e colloque national des aires marines protégées, qui a rassemblé plus de 500 professionnels concernés par la protection du milieu marin, s’est achevé le 8 octobre sur des conclusions encourageantes et inspirantes pour les prochaines années. Il s’agit dès à présent de mettre en œuvre les actions nécessaires et de poursuivre la dynamique engagée.

Infographie-reseau-national-des-amp-2015_reference-274x274L’état des lieux dressé par le colloque a fait état d’un bilan positif avec 16,5% des eaux françaises protégées contre 0,01% en 2005, grâce à la dynamique impulsée par la stratégie nationale des aires marines protégées et à la création de l’agence nationale des aires marines protégées en 2006. Tout en veillant à poursuivre la mise en place de nouvelles aires marines protégées (AMP) pour atteindre 20% du domaine maritime français protégé d’ici 2020, le principal défi est aujourd’hui de renforcer l’efficacité de la gestion et la cohérence du réseau.

Ce bilan rejoint les conclusions du dernier Congrès mondial des parcs de l’UICN (2014), inscrites dans la promesse de Sydney, à savoir « augmenter de toute urgence la superficie océanique gérée efficacement et équitablement dans des réseaux représentatifs et bien reliés d’AMP ou par d’autres mesures de conservation efficaces. » De plus, « ces réseaux devraient cibler la protection à la fois de la biodiversité et des services écosystémiques et comprendre au moins 30% de chaque habitat marin. Le but ultime est de créer un océan réellement durable, dont au moins 30% de la superficie n’accueillera aucune activité extractive. » Enfin, les aires marines protégées doivent être reconnues comme des solutions pour l’atténuation et l’adaptation aux changements climatiques.

Pour progresser, des recommandations ont été établies par le 3e colloque national des aires marines protégées grâce aux travaux menés par l’ensemble des acteurs au sein de 24 ateliers thématiques.

Avec le deuxième domaine maritime mondial, réparti dans les trois grands océans de la planète, la France a une responsabilité majeure pour assurer la préservation des écosystèmes marins et le développement durable des activités menées en mer.

Les aires marines protégées françaises doivent ainsi avoir pour objectif de réaliser une conservation efficace et équitable de la nature, des écosystèmes et des valeurs culturelles associées qui soit reconnue et inspirante au niveau international. La France doit continuer de rester pionnière dans le domaine de l’efficacité de la gestion à travers le développement des tableaux de bord et son implication dans la liste verte des aires protégées pour aider les gestionnaires à piloter ces espaces protégés et à améliorer l’efficacité de leurs mesures.

Articles Recommandés
Nous contacter

Pour plus d'information sur l'UICN comité français, n'hésitez pas à nous écrire.

Illisible ? Changez de texte captcha txt
X