Menaces pétrolières sur le Parc des Virunga

L’UICN France s’inquiète de l’avenir du Parc national des Virunga, en République Démocratique du Congo, menacé par des projets d’exploitation pétrolière.

Gorille_de_montagne_photo_Silvia_Ritossa_-300x225Créé en 1925, le Parc national des Virunga est le plus ancien des parcs nationaux d’Afrique et figure, depuis 1979, sur la liste des sites du Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Le Parc national des Virunga se distingue par sa chaîne de volcans actifs et la grande richesse et diversité de ses habitats qui surpasse celle de tout autre parc africain, allant des marécages et des steppes jusqu’aux neiges éternelles du Rwenzori, à plus de 5 000 m d’altitude, en passant par les plaines de lave et les savanes sur les pentes des volcans.

Le Parc national des Virunga abrite une très grande diversité d’espèces végétales et animales : plus de 2000 espèces de plantes supérieures, 218 espèces de mammifères, 706 espèces d’oiseaux, 109 espèces de reptiles et 78 espèces d’amphibiens y ont été recensées. Ces espèces comprennent notamment 3 espèces de grands singes, dont un tiers de la population mondiale du Gorille de montagne.

Le parc national est aujourd’hui menacé par des projets d’exploitation pétrolière menés par les compagnies TOTAL et SOCO qui ont obtenu des concessions de la part du gouvernement de la République Démocratique du Congo à l’intérieur et aux abords du parc.

L’exploration et l’exploitation pétrolières et minières sont pourtant interdites dans les aires protégées de ce pays en vertu de l’Ordonnance-loi n°69-041 du 22 Août 1969 sur la conservation de la nature et de la loi n°007/2002 du 11 juillet 2002 portant code minier.

Le Comité du Patrimoine mondial, organe de décision de la Convention, et l’UICN rappellent également que l’exploration et l’exploitation minières, pétrolières et gazières sont incompatibles avec le statut de site du Patrimoine mondial, dont la valeur universelle exceptionnelle doit être strictement préservée.

Suite aux fortes préoccupations exprimées par l’UNESCO vis-à-vis de ce projet, le Premier ministre congolais s’est engagé, en signant la Déclaration de Kinshasa en janvier 2011, à renforcer l’application de la loi et le ministre congolais de l’Environnement, de la Conservation de la nature et du Tourisme a annoncé la suspension des activités de prospection pétrolière dans le parc des Virunga. Il avait, par la même occasion, proposé le lancement d’une « Evaluation environnementale stratégique, exhaustive, transparente et inclusive », y compris pour la périphérie du parc.

L’UNESCO et l’UICN demandent en effet à ce que toute activité prévue autour des sites du Patrimoine mondial fasse l’objet d’une étude d’impact environnementale exhaustive, réalisée selon les meilleurs standards internationaux et ouverte à consultation publique. Toute activité doit être proscrite avant que les résultats de cette étude démontrent que les impacts pourront être maîtrisés et évités afin de ne pas affecter la valeur exceptionnelle du site.

L’UICN France et de nombreuses autres organisations comme le WWF sont actuellement fortement préoccupées par le fait que cette étude ne tienne compte, pour l’essentiel, ni des effets négatifs éventuels à moyen et long termes de la prospection et de la fermeture de l’exploitation, ni de la mise en œuvre de mesures de réparation et de restauration, y compris des routes d’exploitation des sites vers les ports de départ des matériaux et produits finis. De plus, des prospections aériennes ont été récemment autorisées par le gouvernement.

Considérant que les entreprises françaises ont un rôle très important à jouer dans la préservation de la biodiversité et qu’elles doivent s’impliquer davantage pour remplir l’objectif d’enrayer la perte de biodiversité mondiale, réaffirmé par les Nations Unies en 2010, l’UICN France a adressé un courrier au Directeur Général de TOTAL lui demandant de :

  – s’engager à ne jamais mener d’exploration ou d’exploitation gazière et pétrolière au sein du Parc National des Virunga, conformément à la réglementation du pays et à la Convention du Patrimoine mondial de l’UNESCO ;
  – suspendre toute activité d’exploration ou d’exploitation gazière et pétrolière en périphérie du parc national jusqu’à ce que l’Evaluation Environnementale Stratégique soit disponible et complète, et qu’elle confirme qu’il n’existe aucun risque pour le site du Patrimoine mondial ;
  – prendre une position similaire aux entreprises membres du Conseil International sur les Mines et les Métaux (ICMM) qui se sont engagés à respecter les aires protégées désignées légalement, à ne pas conduire d’exploration ou d’exploitation dans les sites du Patrimoine mondial de l’UNESCO, et à ce que des opérations menées en périphérie ne menacent pas l’intégrité des sites.
De tels engagements confirmeraient l’ambition affichée de TOTAL pour le développement durable, le respect des accords internationaux et la préservation des sites naturels les plus emblématiques de la planète, dont le Parc national des Virunga fait partie.
Articles Recommandés
Nous contacter

Pour plus d'information sur l'UICN comité français, n'hésitez pas à nous écrire.

Illisible ? Changez de texte captcha txt
X