Le premier Forum sur la conservation communautaire des grands singes des forêts du bassins du Congo

Face au déclin continu des grands singes et leurs habitats dans le monde, la société civile d’Afrique centrale s’est retrouvée du 18 au 19 novembre 2021 à la mairie de Yaoundé (Cameroun) pour aborder les enjeux de la conservation communautaire des grands singes des forêts du bassin du Congo. C’est donc au cours d’un forum, ayant réuni plus d’une centaine de participants (praticiens de la conservation, universitaires, étudiants, bailleurs, autorités politiques, etc.), qu’ont été débattus 6 thématiques de conservation sur ces espèces vulnérables. Un premier du genre en Afrique centrale, ce forum a été organisé sous le signe de la valorisation des « initiatives locales pour protéger durablement les grands singes des forêts camerounaises et du bassin du Congo », à travers 20 Stands d’exposition afin de présenter au public les initiatives, produits et services des acteurs locaux sur la conservation de la biodiversité.

Les échanges autour de ces thématiques ont permis d’évoquer beaucoup de questions, encore en suspens mais déterminantes pour une conservation efficace des grands singes. Il a été notamment question de faire l’état des lieux scientifique de la situation des grands singes des forêts du bassin du Congo. Des discussions ont eu lieu sur la notion de conservation communautaire et son efficacité sur la protection des grands singes dans le contexte des forêts du bassin du Congo. La ligne de fond de cette rencontre était basée sur la nécessaire réflexion sur la place, le rôle et la contribution des communautés locales d’Afrique centrale dans la conservation. Quelles sont leurs perceptions et représentations sur cet enjeu contemporain majeur pour l’Afrique et le monde ?

Les témoignages directs de 4 leaders communautaires venant de Nkala (communauté Téké du Maï Ndombe en RD Congo), de Messamena et Somalomo (communauté Badjoué et Baka de la Reserve du Dja au Cameroun), du littoral (communauté Banen, de la foret d’Ebo au Cameroun) et de Bertoua (communauté Képéré de la périphérie du Parc national de Deng Deng Cameroun) ont permis de libérer la voix communautaire. Le positionnement de ces différents témoignages a permis aux participants de se rendre compte, si ce n’est qu’une confirmation, du vaste quiproquo et décalage entre les attentes locales/communautaires et les objectifs de conservation promus en milieu rural et communautaire. Au cours de ce forum, la question du financement de la conservation communautaire a été abordée. En particulier, les financements sont aujourd’hui peu adaptés aux besoins des acteurs locaux fortement tributaires des fonds apportés par des partenaires extérieurs. Enfin, les participants ont évoqué la question du leadership collaboratif qui favorise une forte contribution des organisations locales et communautaires dans la conservation des grands singes et de la biodiversité des forêts du bassin du Congo.

Photo de l’ensemble des participants

Le forum a connu des moments forts pour permettre au public et aux participants de s’imprégner, dans un élan de citoyenneté affirmée, le quotidien de la conservation des grands singes. Une excursion au sanctuaire des primates de la Mefou été organisée en faveur des élèves de Yaoundé, leurs parents et les enseignants. Le travail des membres de l’Alliance GSAC a été pleinement exposé à travers la visite des locaux de l’ONG TF RD (Tropical Forest and Rural Development) du Cameroun qui développent un modèle de valorisation des produits forestiers non ligneux et leur mise en marché.

Il est rappelé que cette rencontre sous-régionale a été organisée par le réseau Alliance GSAC (Alliance pour la conservation communautaire des grands singes en Afrique centrale). Il est soutenu depuis sa création par le PPI, géré par le Comité Français de l’UICN. Ce réseau existe depuis 2016 et a déjà son actif plusieurs actions transversales destinées à renforcer techniquement et institutionnellement la société civile locale, mais aussi lui permettre de positionner comme acteur clé dans les solutions à mettre en œuvre pour sauver les grands singes des forêts du bassin du Congo.

Articles Recommandés
Nous contacter

Pour plus d'information sur l'UICN comité français, n'hésitez pas à nous écrire.

Illisible ? Changez de texte captcha txt
X