Interview de Maximin Djondo, BEES

      

 

Maximin, pouvez-vous nous présenter votre organisation et   nous    donner quelques informations sur ses principales réalisations ?

BEES, qui veut dire Benin Environment and Education Society, est une ONG reconnue officiellement en 2009 et visant la mise en œuvre de programmes de développement local basés sur la valorisation durable de la biodiversité au Bénin. A cet effet, l’ONG a travaillé à la protection de la sous-espèce endémique du singe à ventre rouge (Cercopithecus erythrogaster) à travers la mise en place de circuits écotouristiques gérés par les communautés. Aussi, l’organisation développe un projet dit « Route des oiseaux du Bénin » qui vise la mise en place de circuits ornithologiques. Sur le plan sous régional, notre organisation œuvre à l’intégration de l’approche de l’adaptation basée sur les écosystèmes dans les politiques nationales de développement.

 

Votre organisation vient de bénéficier d’une subvention du PPI.5. Quels sont les objectifs visés par ce projet ?

Le bas delta de l’Ouémé  ou le complexe « Grand Nokoué » du site RAMSAR 1018 est le plus important complexe humide du Bénin en termes de diversité biologique. Cependant, les pratiques peu durables d’exploitation des ressources naturelles par une population en croissance continue font planer un risque majeur sur l’intégrité du complexe et des services écologiques rendus. Le projet d’appui à la création de la Réserve Intercommunale du Grand Nokoué vise à renforcer la préservation de l’intégrité territoriale de la réserve. Ainsi, il est prévu la mise en place de dispositifs de gouvernance plus inclusifs et participatifs. Aussi, l’efficacité de la gestion de la réserve sera renforcée et l’offre écotouristique améliorée.

 

Selon vous, quels leviers devraient être actionnés pour favoriser un effet démultiplicateur des bonnes pratiques promues dans le cadre de vos interventions ?

L’appropriation des acquis des projets par les communautés constitue une des clefs de la pérennisation et de la large diffusion des bonnes pratiques. Notre organisation travaille donc à faire des bénéficiaires de nos projets les acteurs des changements souhaités. Ces leaders ainsi promus seront en mesure de prendre en charge la formation des paires et la dissémination des solutions développées localement. Aussi, il est important que les organisations se dotent d’une stratégie de communication qui constitue un autre moyen efficace de promotion des résultats et de visibilité.

 

Quelles sont vos perspectives pour la pérennisation des acquis sur le terrain ?

Le renforcement des capacités des acteurs impliqués dans le projet constitue une garantie d’autonomisation des acteurs mais aussi gage de pérennité. La possibilité de création d’emplois verts et de revenus additionnels constitue une excellente motivation susceptible de soutenir l’appropriation du projet par les bénéficiaires. De même, nous espérons lever des financements complémentaires pour traiter de manière intégrée la question de la conservation des ressources de la réserve.

Plus d’informations

– Site internet de BEES : https://bees-ong.org
La fiche de présentation du projet mené par BEES

Articles Recommandés
Nous contacter

Pour plus d'information sur l'UICN comité français, n'hésitez pas à nous écrire.

Not readable? Change text. captcha txt
X