Interview d’Ekwoge Abwe

Portrait d’Ekwoge

Bonjour Ekwoge. Vous êtes le responsable de l’ONG camerounaise EBO FOREST RESEARCH PROJECT. Pouvez-vous vous présenter et expliquer les motivations qui vous ont conduit à travailler dans la protection de la nature au Cameroun? Quelle est la raison principale de votre engagement sur cette cause?

Merci à l’équipe du PPI de nous donner l’opportunité de parler de notre travail et de l’importance de la biodiversité de la forêt d’Ebo au Cameroun. Je suis Ekwoge Abwe, un primatologue de formation. J’ai commencé ma carrière dans la conservation en 1998, d’abord en tant qu’opérateur de Systèmes d’Information Géographique (SIG).

En 2003, j’ai commencé à travailler comme assistant de recherche sur les primates sous la direction du Dr Bethan Morgan et en août 2005, j’ai eu la chance d’observer des chimpanzés casser des noix de Coula edulis à Ebo à l’aide de pierres utilisées comme des marteaux. Ce fut la première observation de ce comportement et de l’utilisation de cet outil de subsistance en dehors des chimpanzés d’Afrique de l’Ouest, et cela a ravivé mon intérêt pour les primates et en particulier les grands singes.

En 2010, j’ai terminé une maîtrise en conservation des primates à l’Université d’Oxford Brookes, au Royaume-Uni, et en 2018, j’ai terminé mon doctorat à l’Université de Drexel, aux États-Unis, avec un accent sur la diversité comportementale dans deux populations de chimpanzés du Nigéria-Cameroun génétiquement distinctes dans des habitats distincts (forêt tropicale et mosaïque forêt-bois-savane).

Au fil du temps, j’ai compris la diversité des espèces de primates au Cameroun, mais plus important encore, les menaces auxquelles les différentes espèces étaient confrontées dans leurs habitats naturels dans le pays. Les premiers résultats de l’enquête dans la forêt d’Ebo, par exemple, ont montré que la diversité des espèces de primates, y compris les grands singes, les autres grands mammifères et les plantes, était très élevée. En outre, les cultures et les moyens de subsistance de plus de 40 communautés adjacentes à la forêt étaient intimement liés à cette riche biodiversité. Cette matrice homme-biodiversité a façonné ma philosophie d’inclusion (en particulier des communautés de base) dans la conservation de la biodiversité.

Aujourd’hui, nous collaborons avec des groupes communautaires locaux autour de la forêt d’Ebo pour promouvoir des initiatives de conservation menées par la communauté.

Ebo Forest, où votre organisation concentre ses travaux depuis une vingtaine d’années maintenant, constitue un enjeu de conservation important au Cameroun : quelles sont les spécificités qui font de cette zone forestière un hotspot pour la conservation de la nature dans votre pays, et plus généralement en Afrique Centrale?

À juste titre, la forêt d’Ebo et sa riche biodiversité ont une importance mondiale. L’écosystème fait partie de la forêt tropicale du golfe de Guinée et, avec les forêts adjacentes de Makombe et de Ndokbou, elles constituent l’étendue de forêt la plus intacte de cette écorégion. La forêt constitue environ 50% de la zone clé pour la biodiversité de Yabassi et séquestre 35 millions de tonnes de carbone. En termes de biodiversité, la forêt abrite 11 espèces diurnes de primates, y compris des chimpanzés du Nigeria-Cameroun (~ 20% de la population de la sous-espèce vit à Ebo, et c’est la seule population sauvage qui utilise des outils pour pêcher les termites et craquer des noix), des gorilles de l’Ouest (une population géographiquement isolée dont la taxonomie est encore inconnue), des colobes roux du Cameroun, plusieurs grands mammifères, y compris les éléphants de forêt. La diversité botanique de la forêt est importante, et 29 nouvelles espèces y ont été décrites depuis 2005, dont beaucoup sont endémiques et en voie de disparition. Plus de 40 villages entourent la forêt et leurs moyens de subsistance, leur histoire et leurs cultures sont liés à la forêt. Malgré la diversité riche et unique, ainsi que l’importance socio-économique et culturelle de la forêt, il n’y a pas de statut de protection juridique pour la forêt. À partir de 2006, le gouvernement du Cameroun a lancé un processus de classement de la forêt en parc national. Ce processus a été bloqué en grande partie en raison d’un manque de volonté politique, et en 2020, le gouvernement a lancé un autre processus, cette fois-ci pour classer la forêt en deux Unités de gestion forestière (UFA) pour l’exploitation du bois. À la suite de vives protestations de la part d’un large éventail de parties prenantes, le gouvernement a par la suite suspendu le décret qui, en juillet 2020, avait classé l’UFA 07: 006 en concession forestière et a interrompu le processus de classification de l’UFA 07: 005. Outre ces menaces liées à l’exploitation forestière, les incertitudes relatives aux options d’utilisation de la forêt, la chasse et le commerce de viande de brousse, l’exploitation forestière illégale et la destruction de l’habitat liée à l’agriculture de subsistance et agro-industrielle sont monnaie courante.

Beaucoup de gens ont entendu parler d’Ebo ces derniers temps à cause de la pression sur le massif: que s’est-il passé début 2020 et où est la situation aujourd’hui?

Vous avez raison, la forêt d’Ebo est devenue un enjeu majeur de conservation pour le grand public depuis février 2020 lorsque le ministre camerounais des Forêts et de la Faune a publié deux avis publics pour le classement de la forêt en deux Unités Forestières d’Aménagement (UFA) pour être exploitée. Les avis publics ont été signés en février 2020 mais n’ont été rendus publics que la veille de la première réunion de sensibilisation à Yabassi le 9 mars 2020. Compte tenu de la riche diversité culturelle, de la biodiversité et de l’importance mondiale de la forêt, il y a eu une condamnation généralisée de la proposition de classification de la forêt en concessions d’exploitation à long terme. Malgré ces protestations d’un large éventail de parties prenantes, y compris les communautés de base, les chercheurs et les défenseurs de l’environnement, le gouvernement du Cameroun a signé un décret créant l’UFA 07: 006 en juillet 2020. La persistance et la nature inébranlable des manifestations ont exhorté le gouvernement à suspendre le décret de création de l’UFA trois semaines après la classification et d’arrêter le processus. Cela pourrait être considéré comme une victoire de conservation pour la forêt d’Ebo et la protection de la biodiversité dans l’ensemble du Cameroun. Cependant, les menaces persistent, car il n’y a pas d’option formelle d’utilisation des terres pour la forêt jusqu’à ce jour. En avril 2020, un groupe de défenseurs de l’environnement et de chercheurs qui travaillent dans la forêt d’Ebo a écrit une lettre au Premier ministre du Cameroun exhortant le gouvernement à suspendre les projets de classification de la forêt en concessions forestières, et à engager plutôt toutes les parties prenantes dans une et un processus transparent de planification de l’utilisation des terres pour décider des options d’utilisation des terres les meilleures et les plus durables qui assureraient le bien-être socio-économique et culturel des communautés locales, ainsi que de préserver la riche biodiversité de la région pour la postérité. Cette proposition d’aménagement du territoire a été soutenue par un large éventail de parties prenantes au Cameroun et à l’étranger, y compris divers services diplomatiques et partenaires donateurs au Cameroun. Des consultations entre les partenaires de développement et de conservation et le gouvernement du Cameroun, en particulier le ministère de l’Économie, de la Planification et du Développement régional, sont en cours pour lancer le processus d’aménagement du territoire local à Ebo.

Si vous deviez donner un conseil à un jeune professionnel créant une ONG dans un pays africain, quel serait-il?

Mon simple conseil serait pour tout jeune professionnel d’être sincèrement passionné par son travail, de définir clairement ses intérêts et ses objectifs et d’être persévérant. Le succès dépend en grande partie du travail d’équipe et de la collaboration avec l’éventail de parties prenantes avec lesquelles une ONG travaille. Le renforcement des capacités d’une équipe et une communication régulière avec les principales parties prenantes sont donc des conditions préalables nécessaires au succès des ONG.

Articles Recommandés
Nous contacter

Pour plus d'information sur l'UICN comité français, n'hésitez pas à nous écrire.

Illisible ? Changez de texte captcha txt
X