Une déclaration signée entre la Commission nationale française pour l’UNESCO et le Comité français de l’UICN concernant la libre évolution des milieux naturels afin de diffuser et mettre en œuvre plus largement cette pratique

 Dans Actualités, Actualités Aires Protégées

Le séminaire sur la libre évolution organisé par le Comité français de l’UICN, en partenariat avec la Commission nationale française pour l’UNESCO, s’est tenu les 8 et 9 janvier 2024, avec une première journée de présentation et d’échanges, suivie d’une journée consacrée à des ateliers entre les gestionnaires d’espaces naturels.

Ce colloque, rassemblant près de 480 personnes, avait pour objectif de faire davantage connaître la libre évolution, de favoriser son application, et de créer des synergies au sein du réseau des gestionnaires d’espaces naturels et auprès d’un public non professionnel. Les riches retours d’expériences ont été l’occasion d’une réflexion collective sur un système de reconnaissance de la libre évolution à l’échelle nationale et sur la mise en œuvre de la libre évolution dans les espaces agricoles.

A cette occasion, la publication La libre évolution, une trajectoire de gestion des espaces naturels a été diffusée pour mieux en comprendre son importance et ses enjeux.

Lors de ce séminaire, une déclaration finale a été signée afin d’entériner les engagements pris par le Comité français de l’UICN et la Commission nationale française pour l’UNESCO concernant la libre évolution. Les signataires s’engagent à promouvoir la libre évolution comme mode de « gestion » des milieux naturels, à unir les parties prenantes et à diffuser plus largement cette pratique.

SEMINAIRE INTER-RESEAUX SUR LA LIBRE EVOLUTION

Déclaration finale – 8 janvier 2024, UNESCO

Face à la perte de biodiversité observée en France et aux menaces qui pèsent sur elle, les organisations signataires appellent à une augmentation significative du nombre de territoires en libre évolution et de leur surface, entendus comme territoires où la nature s’exprime de façon spontanée sans activité humaine extractive ou intrusive.

De plus en plus de travaux scientifiques démontrent l’efficacité des espaces en libre évolution pour restaurer ou sauvegarder les dynamiques naturelles et la biodiversité. Ces espaces jouent également un rôle de sentinelle pour observer l’impact du dérèglement climatique sur les écosystèmes et la capacité de ces derniers à s’y adapter et à en atténuer les effets.

De nombreux acteurs français sont engagés dans une dynamique positive en faveur de la libre évolution avec un foisonnement d’initiatives d’établissements publics, d’associations, de collectivités, d’acteurs locaux et de citoyens engagés.

A l’issue du séminaire sur la libre évolution du 8 janvier 2024 à l’UNESCO organisé par le Comité français de l’UICN en collaboration avec la Commission nationale française pour l’UNESCO et les réseaux de gestionnaires d’espaces naturels, les signataires de la présente déclaration s’engagent sur les éléments suivants :

  • Poursuivre nos actions sur la libre évolution et valoriser cette approche dans l’ensemble des instances où nos organisations sont engagées ;
  • Poursuivre la convergence des acteurs français sur la libre évolution en respectant leur richesse et leur singularité. Il s’agit également de relier les dynamiques et en organisant a minima un séminaire conjoint tous les deux ans pour rendre compte et partager les initiatives en cours ;
  • Au niveau international, engager un processus de réflexion sur la pertinence et la faisabilité des initiatives suivantes : la reconnaissance d’une chaire UNESCO spécifique sur la libre évolution, la reconnaissance par l’UNESCO de la libre évolution, la pertinence de la reconnaissance de territoires au Patrimoine Mondial au titre de la libre évolution, la proclamation d’une charte internationale de la libre évolution.

Compte tenu de l’urgence climatique, de l’effondrement de la biodiversité et de la perte des fonctionnalités des milieux naturels, nous sommes convaincus que la libre évolution est une « notion clef » pour préserver les dynamiques garantes d’une partie de notre patrimoine naturel, renforcer la résilience des écosystèmes et pour développer progressivement un autre regard de l’humanité sur le vivant.

Ce concept contribue ainsi à placer l’humanité comme acteur soucieux et responsable du cadre harmonieux partagé avec l’ensemble du vivant et de ses interrelations.

Photo bandeau : Réserve Naturelle Nationale de la Forêt de la Massane © Diane Sorel

 

Articles récents
Nous contacter

Pour plus d'information sur l'UICN comité français, n'hésitez pas à nous écrire.

Illisible ? Changez de texte captcha txt
X