L’UICN se félicite de la reconnaissance du rôle de la nature à la COP26 et appelle à plus d’ambition

 Dans Actualités, Actualités Écosystèmes, Actualités Politiques de la biodiversité, Congrès UICN 2020

L’UICN salue les progrès réalisés à Glasgow, notamment en ce qui concerne la nature. Cependant, elle souligne que ces progrès ne seront pas suffisants pour atteindre l’objectif de 1,5°C et appelle à un changement d’étape significatif à la COP27. Nous sommes à court de temps et d’options.

Pour la première fois, les dirigeants mondiaux ont clairement reconnu le lien entre les crises mondiales de la biodiversité et du climat ainsi que le rôle essentiel que joue la nature à la fois dans l’adaptation et l’atténuation. Il s’agit d’une avancée importante.

Toutefois, pour que l’augmentation de la température mondiale ne dépasse pas 1,5°C, nous devons passer de la reconnaissance à l’établissement de voies concrètes de mise en œuvre. À cet égard, si les décisions de la Conférence des Parties constituent une avancée importante, l’absence de référence claire aux Solutions fondées sur la Nature est une occasion manquée qui devra être réexaminée dès que possible.

Les Solutions fondées sur la Nature (SfN) constituent un cadre opérationnel  largement accepté pour tirer parti du rôle de la nature dans la lutte contre le changement climatique. Une référence claire aux Solutions fondées sur la Nature dans les décisions de la Convention cadre de l’ONU sur le Climat donnerait davantage confiance aux nombreux acteurs étatiques et non étatiques qui les appliquent déjà à grande échelle, et fournirait une meilleure responsabilisation et une meilleure surveillance des SfN par les Parties.

“Comme le montre la science, la nature peut – et doit – jouer un rôle important dans la lutte contre le changement climatique, en complément de réductions rapides, profondes et durables des émissions afin de limiter l’augmentation de la température à 1,5°C. La situation est critique, et le manque d’ambition et d’urgence est très préoccupant. Nous devons utiliser tous les outils à notre disposition pour éviter la catastrophe climatique et il est donc encourageant de voir le potentiel de protection, de gestion et de restauration des écosystèmes terrestres et marins officiellement reconnu.”

Directeur général de l’UICN, Bruno Oberle.

Dans le même temps, l’Union salue un certain nombre d’engagements pris lors de la COP26 pour conserver, restaurer et gérer durablement les forêts, les océans et les autres écosystèmes. Il s’agit notamment des mesures visant à lutter contre la déforestation et la dégradation d’ici 2030, de l’augmentation significative des fonds destinés à soutenir directement les peuples autochtones dans la gestion de leurs terres et territoires, et de l’étape majeure vers la conservation de l’océan Indien occidental grâce à l’initiative de la Grande Muraille bleue, récemment lancée. L’UICN se félicite également de la finalisation du règlement de l’Accord de Paris, qui constitue une réalisation majeure, ainsi que des progrès réalisés au cours de la COP en matière de réduction des émissions de charbon et de méthane, et de l’amélioration des travaux du Partenariat de Marrakech pour l’action climatique mondiale sur les efforts menés par des acteurs non étatiques.

L’Union félicite la présidence britannique de la COP26 d’avoir accordé la priorité au rôle de la nature et note l’important soutien dont elle bénéficie de la part des parties et des autres parties prenantes. Le monde doit maintenant s’appuyer concrètement sur cet élan pour maintenir l’impératif mondial de l’objectif 1,5°C.

Plus d’informations

– La position de l’UICN pour la COP26
La COP26 de la CCNUCC
Intervention de Maud Lelièvre, Présidente du Comité français de l’UICN sur le Pavillon France à l’évènement “Climat et biodiversité : même combat !”
Les Solutions fondées sur la Nature

Articles Recommandés
Nous contacter

Pour plus d'information sur l'UICN comité français, n'hésitez pas à nous écrire.

Illisible ? Changez de texte captcha txt
stratégiecapitale
X