OUTRE-MER EUROPÉEN

Retour programme OUTRE-MER

Composé de 9 Régions ultra-périphériques (« RUP », dont les 5 DOM français) et de 25 Pays et Territoires d’Outre-Mer (« PTOM », dont 6 collectivités françaises), l’Outre-mer européen abrite à travers différentes régions du globe une biodiversité d’importance mondiale, plus riche que celle de toute l’Europe continentale.

Liens communs, divergences

Ces 34 territoires (plus de 150 îles) sont géographiquement éloignés de l’Europe mais entretiennent des liens privilégiés avec elle, par le biais de leur Etat-membre : France (12 territoires),  Pays-Bas (6 territoires), Danemark (Groenland), Portugal (Açores et Madère), Espagne (Canaries) et Royaume-Uni (14 territoires). Chaque territoire a une histoire unique et de fait, une culture, une économie et une gouvernance propre, avec de grandes disparités dans l’organisation administrative et le degré d’indépendance au pays d’attache.

Ceci a des implications importantes sur l’adoption, la mise en œuvre et le financement des politiques de conservation, et sur l’accès aux financements. En effet, ces territoires n’ont pas accès aux fonds de développement comme leurs voisins, mais ont souvent également inéligibles aux programmes européens dont les critères sont inadaptés à leur situation. C’est ce paradoxe qui a été mis en avant par le Comité français de l’UICN en 2006 dans un rapport spécifique : l’Outre-mer européen est plus riche en biodiversité que toute l’Europe continentale, avec un taux d’endémisme exceptionnel et une vulnérabilité particulière aux impacts anthropiques, mais l’accès aux financements de la conservation par les territoires est compliqué.

Le programme Outre-mer européen de l’UICN

Suite au rapport de 2006, s’est tenue la première conférence sur le changement climatique et la perte de biodiversité à l’échelle de l’outre-mer européen du 7 au 11 juillet 2008 sur l’île de La Réunion. Adopté par les 400 participants, le Message de l’île de La Réunion contient l’ensemble des conclusions et recommandations issues de la conférence.

En 2010 a été mis en place le programme Outre-mer européen de l’UICN. Les actions prioritaires identifiées visent à rassembler et à valoriser l’information scientifique, à faire connaître les enjeux, à influencer les politiques européennes, à appuyer les organisations membres de l’UICN et à renforcer les coopérations à l’échelle régionale entre RUP, PTOM et pays ACP voisins qui présentent les mêmes enjeux de biodiversité. Le Comité français de l’UICN et les experts de son Groupe Outre-mer contribuent activement à la réalisation de ce programme.

En 2014, 6 ans après le « Message de l’île de La Réunion », une seconde conférence s’est tenue en Guadeloupe, réunissant 250 représentants de haut niveau et experts pour adopter une nouvelle feuille de route pour la biodiversité et le changement climatique dans les Outre-mer européens. Les participants ont adopté le Message de la Guadeloupe qui guide la politique de conservation des 34 territoires ultramarins jusqu’en 2020.

Les enjeux de l’Outre-mer européen pour la biodiversité

Suite aux conférences de La Réunion de 2008 et de Guadeloupe en 2014, l’enjeu majeur pour les RUP et les PTOM en terme de protection de la biodiversité est la mise en place d’un mécanisme pérenne de financement spécifique aux Outre-mer. Les territoires ultramarins sont particulièrement vulnérables au dérèglement climatique et la préservation de la biodiversité est nécessaire pour mieux y faire face (Solutions fondées sur la Nature) : la résilience des écosystèmes ultramarins doit donc être renforcée et financée à la hauteur des enjeux qu’ils représentent.

Les programmes BEST, action préparatoire à un tel mécanisme pérenne de financement, ont permis financer de grands projets (BEST I et II), de définir les enjeux de conservation, d’en déterminer les priorités et les niches possibles d’investissement (BEST III), et de financer des projets de protection de la biodiversité (appels à propositions BEST 2.0 lancés en 2015, 2016 et 2018 pour les PTOM et appel à propositions ‘BEST RUP’ lancé en 2017 pour les RUP). Le Comité français de l’UICN a activement participé à cette action préparatoire. 

Les représentants des PTOM et des RUP ainsi que les Etats-membres ont affirmé plusieurs fois leur volonté de continuer la dynamique enclenchée par BEST en mettant un place un mécanisme de financement pérenne à partir de 2020, avec un programmation de long terme qui mobilise les programmes de fonds européens existants type LIFE+, FEADER et FEDER. Ils ont également demandé à ce qu’un tel mécanisme soit adapté aux réalités et aux spécificités des Outre-mer européens, avec une gouvernance transparente, décentralisée et englobante, promouvant la coopération régionale entre les RUP, les PTOM est les pays indépendants voisins.

Les rendez-vous des Outre-mer européens

Les relations des RUP et des PTOM avec l’UE sont rythmées par de grands rendez-vous (conférence des Présidents de RUP, forum des RUP, forum UE-PTOM…) qui leur permette d’échanger sur les politiques spécifiques à mener, développer ou amender (voir onglets).  Un forum de cohésion est  également organisé tous les 3 ans par la Commission à Bruxelles. Ces réunions permettent de fixer le cadre de la politique de cohésion post 2020 pour les RUP et de définir les bases de l’accord post Cotonou pour les PTOM.

L’UICN organise régulièrement des « tables rondes des Outre-mer » à Bruxelles, qui permet de réunir les acteurs de la biodiversité dans les territoires ultra-marins pour échanger sur les politiques et initiatives européennes, nationales et territoriales relatives à la protection de la biodiversité.

CONTACT

Pour toute information, merci de contacter : Anne Caillaud – Chargée de programme “Outre-mer”

Nous contacter

Pour plus d'information sur l'UICN comité français, n'hésitez pas à nous écrire.

Not readable? Change text. captcha txt
X