Du côté des réseaux : RASTOMA

Une initiative du RASTOMA : La plateforme des acteurs de la conservation des tortues marines au Cameroun.

Rastoma Logo

Sous l’égide du RASTOMA (Réseau des Acteurs de la Sauvegarde des Tortues Marines en Afrique centrale), la plateforme tortue marine du Cameroun est née en 2018. Elle regroupe actuellement quatre organisations membres du RASTOMA menant des activités de protection des tortues marines le long de la côte Camerounaise. L’association camerounaise pour la promotion de la biologie marine (ACBM), l’organisation pour la conservation des mammifères marins en Afrique (AMMCO), Tube Awu et Kudu A Tube. Les activités quotidiennes menées par ces acteurs pour la conservation des tortues marines sont:

  • Le suivi des populations de tortues marines ;
    Photo de famille atelier

    Photo de famille du premier atelier de la plateforme de tortues marines au Cameroun

  • La caractérisation des habitats marins et côtiers ;
  • Les sensibilisations et l’éducation environnementale ;
  • Le renforcement de capacité des étudiants et des communautés locales ;
  • La promotion des activités génératrices de revenus …etc.

Une des activités clé de la plateforme est la production du rapport national dont le tout premier vient de paraitre en Avril 2020. Le rapport national 2018-2019 est un document annuel qui illustre les activités liées aux tortues marines menées par quatre organisations de la société civile le long de la côte camerounaise précisément dans la zone de Limbé, de Kribi et de Campo. Il met aussi en avant les résultats du suivi des pontes; données capitales pour l’évaluation de la tendance des populations. Pour l’année 2018-2019, la saison des pontes a débuté en septembre et s’est achevée en mars et les résultats ont été les suivants :

  • Dans la zone de Campo (côte sud) : 243 indices de présences (nids et traces) ont été enregistrés au cours de la saison sur les 28 km de plage patrouillés. Deux espèces ont été observées en ponte : la tortue olivâtre (186 nids et/ou traces) et la tortue luth (57 nids et/ou traces).
  • Dans la zone de Kribi (côte sud) : 213 indices de présence des tortues marines ont été répertoriés, à savoir des nids, des traces, des femelles en ponte dont 166 pour la tortue olivâtre, 39 pour la tortue luth et 8 pour la tortue verte.
  • Dans la zone de Limbé (côte nord): 04 nids dont 3 de tortues olivâtres et 1 de tortue luth ont été détectés et 1 transplanté pour un nombre de 50 bébés d’olivâtre relâchés. Dans cette zone, il y a eu une augmentation d’indices de présence de femelle en ponte par rapport à la saison précédente.

Dans cette même dynamique les acteurs ont pu définir les axes prioritaires pour l’année en cours et à venir qui sont entre autres :

  • La caractérisation des conditions d’incubation sur les plages
  • La caractérisation des aires d’alimentation et de croissance tortues vertes et des tortues imbriquées juvéniles
  • Le renforcement de l’effort de sensibilisation/éducation environnementale
  • L’accroissement du développement communautaire à travers l’accompagnement des communautés locales dans les activités génératrices de revenus

Ce rapport est un moyen de faire connaître les activités des ONG tortues marines au Cameroun et de communiquer vers les structures étatiques et publiques, les bailleurs de fond, le secteur privé et susciter d’éventuel partenariat. Ce rapport est une partie de la dynamique la plateforme qui vise plus largement au déploiement d’actions concertée entre les acteurs de la Conservation des Tortues Marines au Cameroun pour renforcer l’impact des actions et du plaidoyer en faveur de ces espèces menacées.

Le  rapport est disponible en ligne sur le site du RASTOMA www.rastoma.org

Articles récents
Nous contacter

Pour plus d'information sur l'UICN comité français, n'hésitez pas à nous écrire.

Illisible ? Changez de texte captcha txt
X