“Un monde juste qui valorise et conserve la Nature“

picto-ecosystemes3
FONDEMENTS SCIENTIFIQUES DE LA
LISTE ROUGE DES ÉCOSYSTÈMES DE L’UICN

Retour Liste rouge des écosystèmes en France

La Liste rouge des écosystèmes de l’UICN cherche à évaluer le risque “d’effondrement” des écosystèmes. Cet effondrement se défini comme le moment à partir duquel un écosystème n’est plus en capacité de garantir l’intégrité à long terme de l’assemblage d’espèces qui le défini, appelé « biote indigène caractéristique ».

Un écosystème se défini par un assemblage caractéristique d’espèces, des propriétés physiques particulières ainsi que par des processus et des interactions entre ces composantes biotiques et abiotiques qui lui sont propres, le tout dans un espace spatialement délimité.

LES CATÉGORIES DE MENACE DES ÉCOSYSTÈMES

À chaque type d’écosystème évalué est attribuée une des catégories de menace suivante :

categories-lre

La méthodologie élaborée par l’UICN comporte pour cela cinq critères :

  • Deux de ces critères sont liés à l’analyse de la dimension spatiale des écosystèmes (réduction ou étendue restreinte);
  • Deux autres sont liés à l’analyse de l’évolution de leur fonctionnement (modification de paramètres abiotiques ou de paramètres biotiques).
  • Un dernier critère permet la prise en compte de modélisations numériques globales du risque d’effondrement.

Chacun de ces critères est divisé en plusieurs sous-critères, comprenant des seuils différents et s’appliquant à différentes périodes temporelles.

DÉFINITION DU “BIOTE INDIGÈNE CARACTÉRISTIQUE”

Le terme de « biote indigène caractéristique » recouvre les éléments biologiques moteurs de la dynamique et des particularités d’un écosystème : gènes, populations, espèces, communautés d’espèces, traits taxonomiques ou fonctionnels, etc.

Il regroupe généralement les espèces typiques et/ou caractéristiques du type d’écosystème (espèces dominantes, espèces utilisées pour déterminer le type de végétation selon une approche phytosociologique, etc.) et les groupes d’espèces inféodées à cet écosystème dans un état peu perturbé par des activités anthropiques.

Au stade de l’effondrement :

  • Les paramètres biotiques d’un écosystème peuvent avoir évolué de manière à ne plus correspondre à la description de son « biote indigène caractéristique », sous l’effet de perturbations directes ;
  • Les paramètres physiques de l’écosystème ont tellement évolués qu’ils ne permettent plus de maintenir le « biote indigène caractéristique » à plus ou moins long terme, même s’il est toujours présent au moment de l’évaluation ;
  • La distribution spatiale de l’écosystème a fortement régressé, même si le « biote indigène caractéristique » encore présent est intact.

Autrement dit, un écosystème effondré aura soit régressé spatialement de manière significative, soit évolué vers une autre entité dont la composition est différente, soit évolué vers une autre entité comprenant encore les mêmes assemblages d’espèces mais qui ne pourront se maintenir à long terme du fait du changement des propriétés physiques du milieu.

MODÈLE CONCEPTUEL DE LA LISTE ROUGE DES ÉCOSYSTÈMES

schema-methodo-lre

+ En savoir plus sur les fondements scientifiques de la LRE

Contact

Pour toute information, merci de contacter :

Aurélien Carré – Chargé de Mission Liste Rouge des Écosystèmes.
Pauline Teillac-Deschamps – Chargée de Programme Écosystèmes.

Nous contacter

Pour plus d'information sur l'UICN comité français, n'hésitez pas à nous écrire.

Not readable? Change text. captcha txt
X