Rechercher
Accueil du site > Actualités > Guyane : permis accordés pour l’exploration pétrolière profonde

Guyane : permis accordés pour l’exploration pétrolière profonde

La satisfaction du Comité français de l’UICN concernant l’arrêt des forages pétroliers en Guyane, en accord avec sa demande de moratoire adoptée en 2011, aura été de courte durée. Le gouvernement français est revenu sur la décision de la Ministre de l’écologie de suspendre les permis, et les autorisations pour la poursuite des forages exploratoires d’hydrocarbures au large de la Guyane ont été accordées.

Alors que la communauté internationale était rassemblée à Rio pour la conférence du vingtième anniversaire du Sommet de la Terre, à quelques kilomètres, la Préfecture de Guyane signait l’autorisation des forages exploratoires au large de la Guyane.

Plusieurs organisations environnementales avaient pourtant souligné les lacunes sur la notice d’impact, la consultation publique, les rejets d’hydrocarbures et la gestion des risques de pollution. Les documents fournis par les pétroliers ne proposent notamment pas de solution pour minimiser les impacts des études sismiques sur les nombreux mammifères marins qui fréquentent les eaux guyanaises. Aucun dispositif efficace n’est également prévu en cas de marée noire qui, en plus des impacts sur les écosystèmes marins et littoraux, engendrerait de graves conséquences économiques pour les pêcheries guyanaises. Plus largement, ces projets à hauts risques ne placent pas la France sur la voie de la transition énergétique et de la lutte contre le changement climatique.

Les élus guyanais ont joué également un rôle important en soutenant, auprès du gouvernement, la poursuite de l’exploration pétrolière. Le développement durable de la collectivité doit cependant être basé sur la valorisation de ses ressources renouvelables et de ses richesses écologiques. La Guyane a en effet des atouts pour développer d’autres leviers économiques comme les énergies renouvelables, l’écotourisme, la pêche durable ou la recherche. Ce potentiel économique pour la collectivité permettrait d’enclencher la transition écologique, thème central de la campagne présidentielle française et de la Conférence de Rio+20.